Articles "hérissoniens"

Dérèglement : le climat tique

Minuit moins trois… deux… un…

Ça y est ! on est en 2020 ; et pour le passage à la nouvelle année, dans mon coin de forêt, avec mes amis les animaux, on a cassé les codes. Pour la première fois de l’histoire de l’espèce animale, nous nous sommes regroupés pour souhaiter nos vœux ! Belle idée, hein ? Je me suis inspiré pour cela des rassemblements des humains que j’avais pu observer lors de ma dernière visite en ville. Sous les rayons de lune, mes copains et moi avons évoqué nos espoirs, nos rêves et nos résolutions : respecter la nature, avoir de meilleurs rapports avec l’Homme, manger plus de croquettes pour chiens (j’adore ça !), revoir cette jolie hérissonne polissonne rencontrée… Mais pardon, ce n’est peut-être pas le sujet.
Bref, quand j’ai raconté tout ça à mon ami Thierry, mon seul ami humain, il m’a fait observer que les hommes, pour la nouvelle année, après s’être remplis de foie gras et d’huitres, s’emplissaient eux aussi de bonnes résolutions… qu’ils s’empressaient d’oublier dès le lendemain.
Sa remarque, qui m’a pris au dépourvu, m’a rendu perplexe. Vous aurez noté que si je n’ai rien perdu au change, j’y ai tout de même gagné une interrogation :  pourquoi diable la majorité des résolutions humaines étaient-elles aussitôt oubliées ? A cette question, mon sang de reporter en (et au ras de l’) herbe n’a fait qu’un tour ; et moi plusieurs fois celui du jardin. J’avais trouvé là un nouveau sujet d’enquête : je me chargerais de rapporter des résolutions reportées ! Les piquants dressés d’excitation, je m’en suis aussitôt confié à mon ami qui m’a alors conseillé de trouver un thème précis. Alors, j’ai réfléchi, réfléchi encore, et soudain dans la nuit de mon esprit… Audi luxe !… ou Fiat Lux je ne sais plus, quoiqu’il en soit, en moi la lumière fut : je parlerais des COP qui passent et qui repassent et se ressemblent toutes. Comment en étais-je arrivé à ce choix ? me demanderez-vous. Par pure déduction de mon esprit, vous répondrai-je. Ma raison, rigoureuse et algébrique, m’avait conduit à elles, comme le vacher ses bêtes au pré. Dès lors, fruits logiques d’un raisonnement mathématique, elles devenaient d’évidence ma thématique ! C’est clair, non ?

Les COP pour les nuls.

Alors, avec Thierry et ses gros doigts, et mes petits yeux à moi, on a fait des recherches sur internet. on s’est perdu dans les méandres numériques, on a nagé la brasse coulée dans les fichiers, mais à la fin on a trouvé.
Je me dois de vous avertir : attention à ce qui suit. Vous allez transpirer un peu, alors prenez maillot de bain et lunettes et… jetez-vous à l’eau.

            Hé ! dis-moi, c’est quoi une COP ?

En 1988, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est créé pour procéder, à intervalles réguliers, à une évaluation de l’état des connaissances sur les changements climatiques. Son premier rapport en 1990 reconnaît la responsabilité humaine dans le dérèglement climatique (je sais, première répétition). Il sert de base à l’élaboration de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (seconde répétition, mais que voulez-vous quand le climat tique, les tiques se répètent). Cette convention, signée en 1992 à Rio de Janeiro lors du premier sommet de la terre, et ratifiée en 1994, réunit presque tous les pays du monde qui sont qualifiés de « Parties ».

Bon, vous ne savez toujours pas à ce stade ce qu’est une COP. Soyez patient, moi je ne savais même pas que le premier sommet de la terre n’était plus l’Everest, alors…

Les représentants de cette instance se rassemblent une fois par an depuis 1995 lors des « COP » (Conferences of the Parties).

On y est ! Une COP, ce serait en fait un grand rassemblement annuel…

            Ben, à quoi ça sert une COP ?

La Conférence des Parties est l’organe suprême de la Convention, c’est-à-dire sa plus haute autorité de prise de décision. Elle est responsable du maintien des efforts internationaux pour faire face au dérèglement climatique. Elle peut entériner des accords sur la réduction des émissions anthropiques de gaz à effet de serre, avec des objectifs communs ou différenciés. Elle examine l’évolution de l’engagements des parties à la lumière de l’objectif de la Convention, des nouvelles découvertes scientifiques et de l’expérience accumulée dans la mise en œuvre des politiques dans le domaine des changements climatiques.

En bref, une COP, ce serait un grand rassemblement annuel… de scientifiques et de politiciens…

            Et… ça marche ?

1997 – COP 3 : 37 pays développés se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 5% en moyenne sur la période 2008/2012 par rapport aux niveaux de 1990 (protocole de Kyoto).
2009 – COP 15 : aucun accord global n’a été trouvé (sommet de Copenhague).
2012 – COP 18 : l’Amendement de Doha a prolongé le Protocole de Kyoto. Il porte sur la période 2013/2020 et prévoit pour les pays engagés une réduction moyenne de 18% de leurs émissions par rapport à 1990.

Vous auriez préféré, sans doute, sur ce sujet d’écologie une liste à la Pré vert plutôt que cette longue et fastidieuse énumération ? Courage !

2015 – COP 21 : conclusion d’un accord engageant 195 États à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Ledit accord « de Paris » est depuis entré en vigueur le 4 novembre 2016.

Ha ! on avance : une COP ce serait donc un grand rassemblement annuel… de scientifiques et de politiciens… où les uns ont des idées, et les autres ont décidé…

            Et vous connaissez la dernière ?

La COP 25… Elle s’est achevée mi-décembre 2019 au terme de deux semaines de négociations intenses et tendues et de 44 heures au-delà de l’heure de clôture officielle. Au total, peu d’avancées ont été obtenues et beaucoup d’observateurs notent la faiblesse de cette conférence au vu des enjeux, des alertes scientifiques et des attentes, notamment de la société civile. L’ambition n’a clairement pas été au rendez-vous de cette COP. L’urgence de la bataille climatique n’est plus une priorité partagée par tous les pays. Comme attendu, les États-Unis, le Brésil et l’Australie ont tout fait pour saper la dynamique. Mais le plus gênant vient du Canada, du Japon, de la Chine et de l’Inde, qui n’ont pas été à la hauteur pour contrer ces pays. L’Union Européenne, à elle seule, n’a pas réussi à faire basculer le leadership du côté de l’ambition.

Pour résumer, une COP, c’est un grand rassemblement annuel… de scientifiques et de politiciens… où les uns ont vainement des idées, les autres ont clairement décidé…
…d’attendre.

« Alors, t’en dis quoi de tout ça, Hedgie ? m’a demandé Thierry, une fois ces recherches achevées.
– Ben mon copain, les COP c’est comme les hérissons ; ça chemine lentement. »
Thierry m’a alors tapoté l’épaule d’un air entendu (prudent, il avait mis des gants), puis il m’a dit (sans en mettre cette fois) que tout bon journaliste doit avoir une opinion nettement plus étoffée sur ses sujets. Il avait raison. Alors, pareil à vous qui vous êtes jetés à l’eau de la connaissance tout à l’heure, je me suis plongé dans mes pensées, désireux de vous éclabousser… des conjectures suivantes :

COP, pas glop.

En 1995 était la première COP, celle où tous les partis étaient COP1. Tous unis pour la bonne cause ; celle de la planète : une pour tous et tous pour une. Là où il y a une volonté il y a un chemin, affirmaient-ils d’une même voix inspirée : celle de l’engagement. Mais à croire que l’langage ment, car depuis, 25 années ont passés ; et leurs belles paroles aussi.
Force est de constater que les COP ont bien du mal à garder le cap. A qui la faute ? Sans doute au cap lui-même… ainsi qu’aux péninsules, promontoires et autres isthmes bien trop nombreux : ego-isthme, individual-isthme, sceptis-isthme… Disons-le tout net : la dernière COP n’a passé ni le cap de 2019 ni celui de la bonne espérance. Il nous faut regarder la vérité en face : les COP illustrent parfaitement l’adage politique : c’est l’intention qui compte, pas la décision. Et, si on y réfléchit bien, comment pourrait-il en être autrement ?

Le poli Titien, un peintre courtois de la Renaissance ? 

Oui, comment pourrait-il en être autrement quand les citoyens croient encore aux politiciens, et ce en dépit de leurs manquements ? Mais moi, qui ne suis pas croyant, je me demande s’ils ont véritablement l’intention d’agir contre les dérèglements climatiques. Après un verre de sérum de vérité, voici ce qu’ils avoueraient sans doute : « Mes chers concitoyens, chaque année qui passe, nous régle-mentons, ne jurant rien d’autre qu’un avenir con, promis. Pendant ce temps-là, le climat tique car rien ne change. A l’heure du numérique, nous, vos responsables, sommes e-responsables. Vous le savez ! et pourtant, vous l’oubliez. Qu’est-ce que la politique sinon le moyen pour des hommes et des femmes sans principes de diriger des hommes et des femmes sans mémoire. Ça, c’est de Voltaire ; qui n’ayant pas voulu l’taire, l’a dit. Et puis, nous sommes devenus au fil du temps marionnettes aux fils du tant de ceux qui, pour en vouloir tant et plus encore, nous manipulent. Nous vous l’assurons, et là vous pouvez nos croire, sur leur échelle de riches terres, votre futur tremble de ne pas valoir grand-chose pour eux. Que voulez-vous, l’organisation du monde est aujourd’hui plus économique que politique. En rien écologique, et plus tueuse que vertueuse. En vérité, si nous commandons encore quelque chose, ce n’est rien d’autre que notre café… avec de temps à autre un COP cake. Hélas, nous n’avons de pouvoir que celui que vous pensez qu’on a. »

Mais peut-être vais-je trop loin. Excusez mes errements, je… je ne suis qu’un hérisson.

La COP est pleine

Pourtant, en tant que représentant des animaux concernés par leur avenir écologique, j’aimerais dire que si le bateau coule, nous aussi on est COP. Dès lors, nous espérons beaucoup de celle à venir : 2020 est l’année de la relève des ambitions climatiques fixées par l’Accord de Paris pour rester sous un réchauffement global de 2°C, voire 1,5°C. Aussi, en cette nouvelle année 2020, je forme le souhait que vos vœux citoyens pour un monde meilleur ne tournent pas en veux économiques et politiques.
Pour éviter cela, nous vous en conjurons, ne vous en remettez pas uniquement aux politiciens pour la sauvegarde de la planète. Au contraire, gardez une large part de votre pouvoir. Si eux ne savent que prendre (leur) part, faites, vous, votre part pour la planète et mettez-leur la pression pour qu’ils passent sans plus tarder à l’action et réduisent leurs émissions.

Mais sans doute suis-je dans mes inductions à côté de la plaque. Au risque de me répéter, je ne suis qu’un hérisson.

Hedgie



Une réponse à “Dérèglement : le climat tique”

  1. CAHE dit :

    Effectivement, cette nouvelle est toujours d’actualité ( malgré déjà 30 ans passés).
    mais malheureusement, nous aimerions que le sujet avance.
    Nous manifestons encore et encore, sans résultat<;;;;;;;
    J'espère que cette jeune Greta T. qui a le courage et les actes va nous faire bouger jusqu'à un résultat.

    Revenons au sujet : continuez, dans vos écritures, c'est très bien et facile à lire.(pour personnes novices.)
    Très bonne vision et description du sujet, par ce mode d'écriture.
    Je vous souhaite : bonne continuation et des satisfactions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *